• La forêt des arbres qui grincent

     

    La forêt des arbres qui grincent

     

    Notre petite commune est entourée de bois qui l'enlacent toute entière. Comme je n'ai guère le sens des frontières, je m'affranchis du cadastre et les regarde comme un ricochet fait par mon jardin loin en terres sauvages - terres qui en vérité sont notre jardin à tous, qui le foulons sans l'abîmer.

     

    Au sud où nous habitons, les bois sont clairs. Peuplés de chênes, de charmes ; ponctués de pins qui invitent le soleil à entrer. De grands rochers dénudés sont allongés sur le coteau sud. Eux qui brûlent sans paraître au soleil de midi ont donné à l'endroit son joli nom de bois des roches.

     

    La forêt des arbres qui grincent

     

    Au nord où nous voyageons, les bois sont recouverts d'un drap de mystère. Les branches hautes tissent un toit de futaie. La lumière peine à parvenir au sol, et seul un soleil puissant peut traverser le voile opaque, cousu feuille à feuille, qui en s'élevant se courbe comme une voûte de cathédrale. À hauteur d'homme les troncs sont exempts de rameau, on peut donc y marcher sans retenue, à visage dégagé - notre joie présentée aux esprits malicieux qui peuplent la forêt. Nous leur remettons en confiance le destin de nos pas.

     

    Soudain une porte s'ouvre en grinçant. Une porte ? Au milieu des bois ? Nous rions de notre méprise - n'est-ce pas pour nous rassurer ? Pour nous contredire, le bois bruit à nouveau. Puis encore, d'un grincement plus fort, nettement, longuement. La forêt toute entière gémit et nos jambes se mettent à trembler. Notre pas se fait lent, précautionneux. Chaque foulée compte triple. Alors qu'une seconde avant le doute nous dévorait, l'évidence soudain nous frappe au cœur : ces grincements proviennent du toit des arbres. À présent libérée, la folie joyeuse envahit notre raison prétendument cartésienne. L'alchimie opère instantanément. Oui. Il y a bien une porte là-haut, qui ouvre sur le ciel, et dont les grincements attestent l'ancienneté.

     

    La forêt des arbres qui grincent

     

    La canopée s'adresse de haut - mais sans mépris - à ses promeneurs : prenez garde, vous pénétrez dans une forêt de mystères. Ce n'est pas un bois dont vous foulez l'humus, mais un océan de chèvrefeuilles et de ronces. Vous marchez dans ses profondeurs ; l'orée des cieux est sa surface. Les druides y cueillent le gui, à la lueur de la lune ; les sorcières y récoltent la belladone, à la lumière d'un flambeau. Les promeneurs, eux, écopent de sueurs froides... et surtout du plaisir immense de se sentir plus petit que la nature.

     

    La forêt des arbres qui grincent

     

    Ainsi notre forêt des arbres qui grincent est-elle aussi celle des peaux que l'on pince, pour s'assurer qu'on ne rêve pas, ou seulement éveillé.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 30 Juin à 10:37
    Triskell

    Quel joli conte de fées... J'ai cru apercevoir Mélusine et sa chevelure de vagues mouvantes. Cette forêt, c'est Brocéliande !

    2
    Mercredi 30 Juin à 10:48
    Judith

    Magique cette forêt ! Quelle chance de l'avoir juste à côté de chez vous et quelle chance pour nous de pouvoir  en profiter grâce à tes belles paroles. Merci pour cette balade féerique. Belle journée sous la pluie probablement.

    3
    Mercredi 30 Juin à 11:51

    Une belle invitation au voyage sous les frondaisons avec pour guide une petite blondinette .  Le bruit vient donc de la porte qui s'ouvre sur le ciel. La gourmande que je suis pensait que c'était les pieds des cèpes et autres bollets qui  te signalaient leur présence. 

    De mon côté, de nombreux problèmes avec canalblog. J'ai publié il y a deux jours mais le post ne s'affiche pas et les commentaires sont innaccessibles. Pour quel hébergeur devons nous opter  ? il me semble qu'ils sont tous "bonnet blanc et blanc bonnet."  J'espère que tu seras satisfait de ton choix . 

    4
    Mercredi 30 Juin à 21:14

    Une fois de plus Pierre toi et ta tribu m'ont embarqué dans votre imaginaire, quel plaisir ! Juste auparavant je m'étais fait une méga frayeur en découvrant ton mail annonçant le fin d'agapanthe ! Sans lire la suite, mon coeur a fait un énooooorme bond, et un noooooooon gigantesque est sorti de ma bouche instannément. Ouf je te retrouve ici, yes et merciiiiiii. Douce soirée au pays des forêts enchantées Pierre. Bizzzzh.

    5
    Jeudi 1er Juillet à 14:33
    christine

    Coucou Pierre

    C'est une très jolie ballade pleine de mystères, de jolies fées et de découvertes aussi

    Merci de nous avoir embarqué avec toi dans cette aventure ;-)

    Très belle fin de semaine à toi et ta tribut

    des bises

    6
    Jeudi 1er Juillet à 17:13

    Difficile d'arriver jusqu'ici si on se contente de saisir  -au pied du camphrier eklablog- dans la barre de recherche. Bonne soirée. 

    7
    Céline
    Jeudi 1er Juillet à 18:53

    Moi aussi j'ai eu peur que tu arrêtes d'écrire, ouf, tout va bien ! merci pour cette jolie ballade sur vos pas, c'est une chance d'avoir un tel havre de paix près de chez soi, source de repos et de retour aux bonheurs simples. je te souhaite une bonne fin de semaine, ainsi qu'à ta belle tribu !

     

    8
    Vendredi 2 Juillet à 18:25
    Je suis arrivée en retard chez les agapanthes mais je retrouve une forêt magique et un très beau conte
    9
    Lundi 5 Juillet à 09:00
    Estelle

    J'ai connu la forêt là-bas moi aussi, nous étions très proches.

    Ici, elle n'a exactement les mêmes végétaux, les mêmes odeurs... Mais quoiqu'il arrive, elles ont le même pouvoir, de nous apaiser et nous faire rêver smile

    Belle journée Pierre

    10
    Mardi 6 Juillet à 15:51
    Bonheur du Jour

    De la difficulté de laisser un commentaire...

    11
    Mardi 6 Juillet à 15:55
    Bonheur du Jour

    Donc, ensuite, j'ai voulu laisser un autre commentaire pour exprimer ma joie puisque mon commentaire a été publié. Las... Ce fut encore très long !

    12
    Mardi 6 Juillet à 15:57
    Bonheur du Jour

    Donc, je disais que cette forêt est une vraie forêt, toute vivante.

    13
    Mardi 13 Juillet à 16:38
    Elisabeth

    Je te suis sur ton nouveau blog dont j'ai noté l'adresse. Je sais combien on se sent heureux dans une forêt, il doit y faire bon à l'abri du vent et du soleil trop ardent. Tu as raison d'en profiter. Merci pour cette présentation de ton coin. Bon après midi !

    14
    Dimanche 1er Août à 22:51

    Pirlouit !

    15
    Mercredi 4 Août à 18:55

    Nous aurais tu définitivement abandonnés ? 

    Bonne soirée Pierre et à tout binetôt j'espère .

    16
    Mercredi 1er Septembre à 13:52
    Denise

    Bonjour cher Pierre, je viens te souhaiter un bon premier septembre, saison des belles couleurs dans la nature. J'espère que tout va bien pour toi.

    Bisous et mes amitiés ♥

    17
    Mardi 21 Septembre à 09:33

    Cette forêt est bien silencieuse depuis quelque temps.. j'espère que tu vas bien

    18
    Mardi 12 Octobre à 22:10

    Hi Pierre, la fièvre d'écrire t'aurait-elle quitté pour notre malheur ? Je forme le doux espoir qu'elle ressurgira vite, car je refuse de croire que Dame Nature et ta jolie petite famille aient perdu le pouvoir de t'inspirer. Vous nous manquez tous bien cruellement ainsi que ta prose en ce début d'automne. En croisant les doigts que vous alliez tous et toutes pour le mieux.

    Bien amicalement 

    19
    Céline
    Lundi 8 Novembre à 06:52

    Pierre, j'espère que tout va bien pour toi et ta famille, tes publications me manquent ! A bientôt, prenez soin de vous. 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :